Bienvenue au village de Salles-Adour ....dans le 65

Météo | Info Route |
subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link
subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link
subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link
subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link
subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link
subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link
subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link
subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link

Salles - Adour

small logo

Personnalités célèbres

Personnalités célèbres de Salles Adour ou aillant séjourné à Salles Adour.

Si vous avez des infos, faites passer merci ...

 

 

Le général Laffaille :

La commune de Pouzac s'honore d'être le lieu de naissance d'un de ses enfants qui s'illustra sous la Révolution et l'Empire en embrassant la "carrière des armes" : le Général Gabriel LAFAILLE, dont la rue natale porte le nom alors qu'un modeste obélisque, qui mériterait d'être restauré, dressé devant la demeure natale en retrace, sur les quatre faces, les mérites militaires.

Né le 3 avril 1778, fils de Dominique et de Gabrielle Condat, il entre en service en 1794, à l'âge de 16 ans. Elève à l'Ecole de l'Artillerie et du Génie de Metz, il est nommé lieutenant l'année suivante et participera au cours de sa carrière aux campagnes de l'armée du Danube, en 1800, notamment les batailles de Montebello et de Marengo, de l'armée d'Italie en 1801, de la Grande Armée de Napoléon et de l'armée d'Espagne, où il fut blessé au siège de Gérone en 1808, année de sa nomination au grade de chevalier de la Légion d'Honneur. Il a, alors, 30 ans, et en passe d'être promu chef de bataillon.

En 1809, il est à la prise de Montserrat, puis de Barcelone et demeure en service dans cette expédition jusqu'en 1813. Après l'Empire, en 1823, il est promu colonel, alors qu'il sert à l'Armée des Pyrénées. Promu commandeur de la Légion d'Honneur en 1831, il participe au siège d'Anvers l'année suivante, et devient Maréchal de camp en 1833.

Il est décédé à Pouzac le 5 mai 1840. Sa sépulture se trouve peut-être dans le cimetière, mais aucun indice ne permet formellement de l'identifier.

x

Les LAFAILLE, ses ancètres, du plus loin que les recherches ont été jusqu'ici menées, sont de Pouzac. Son arrière grand père, Dominique naît à Pouzac vers 1670, épousant en 1699, une jeune pouzacaise, Domenge CLAVERIE.

Jacques, leur fils aîné et héritier, fut facturier de bas à Bagnères, épousant en 1733, toujours à Pouzac, Louise DULOUT, également de la paroisse, ménage dont il est dénombré huit enfants dont Dominique, l'aîné, sera le père du général.

Dominique, né en 1734, à son tour investi des prérogatives d'héritier, épousera à Pouzac en 1769, sa cousine au 4ème degré, Gabrielle CONDAT. Il exercera le métier d'agrimasseur ou arpenteur, ce que de notre temps on appelle un géomètre, mais il fut, à l'évidence, considéré comme un "bourgeois", qualificatif qui lui fut attribué en 1780, sur l'acte de baptême de son fils Jean-Jacques, par l'officiant, le curé PARADE. En l'an IV de l'ére révolutionnaire, 16 ans après, Dominique traîna ce curé devant le tribunal pour ce qu'il estimait être une faute (par les temps qui courraient) et obtint gain de cause...

Il eut un frère cadet, Jean-Pierre, né en 1752, marchand à Bagnères, et dont le fils Jacques Suzanne, né à Bagnères en 1796, fit une carrière militaire jusqu'au grade de capitaine, marié à Brest, et dont il subsiste de nos jours une descendance bretonne, par alliance.

 

De l'union de Dominique et Gabrielle CONDAT naquirent, à leur tour, sept enfants dont trois retiennent notre attention :
- Gabriel, en 1778, le général dont nous avons évoqué plus haut et rapidement la carrière,
- Jean-Jacques, né en 1780, époux à Pouzac en 1809, de Marianne LASSERRE, de Hiis, qui fera souche dans la commune de son épouse et dont la sépulture sera profanée en 1878.
- Jeanne-Domengea, née en 1783, qui épousera en 1805 à Pouzac, Jacques VIGNERTE, percepteur à vie, de Bagnères.

Jean-Jacques et Marianne LASSERRE eurent, entre autres :

- Jean-Pierre né en 1813 à Hiis, qui terminera une carrière militaire avec le grade de lieutenant-colonel d'infanterie et devint conseiller général des Hautes Pyrénées, avant son décès survenu à Hiis en 1875.
- Jean Gabriel, né en 1815 à Hiis, ancien élève de l'Ecole Polytechnique, qui devint général d'artillerie sous le second Empire

Il participa, notamment, à la campagne d'Italie en 1859, commanda l'artillerie du Corps Expéditionnaire au Mexique en 1863, où il fut blessé au siège de Cero San Juan et termina sa carrière, en 1870, à Metz, dans la guerre franco-allemande, et où il fut fait prisonnier. Décédé à Paris en 1880, il est inhumé au cimetière de Salles-Adour, sous un buste qui rappelle ses mérites.

- autre Gabriel, né en 1818 à Hiis, qui, au décès de sa mère en 1858, était contrôleur des contributions directes à Issoire, dans le Puy de Dôme, et devint percepteur. Il mourut assassiné à Bagnères en 1887.

x

Revenons à Domengea LAFAILLE et Jacques VIGNERTE. Ils eurent cinq enfants, trois garçons, deux filles, dont

- Jean-Jacques, qu'on peut, aussi, considérer comme un enfant du pays, puisque né à Pouzac en 1806.
Après des études d'avocat, Jean Jacques se lança, à corps perdu, dans un mouvement d'opinions quelque peu révolutionnaires. D'après un auteur, "il était de ces illuminés qui croient à la vertu magique des formules, à la mauvaise foi systématique de ses adversaires, à la valeur absolue de leurs propres idées".
Quittant, de bonne heure Bagnères pour Paris, il se lia avec Marrast, Cavaignac, Barbès et Blanqui, s'affiliant à la Société des Droits de l'Homme dont il devint membre du Comité Central, plusieurs fois poursuivi pour la violence de ses écrits.
Comparaissant en Cour d'Assises en 1833 dans le cadre des reproches faits à cette Société, il apostropha l'avocat général et fut, pour ce délit, condamné à trois ans de prison. Comme d'autres condamnés, il réussit à s'évader de la prison Ste Pélagie et gagna le Brésil d'où il revint à Bagnères à la faveur d'une amnistie en 1841.
Devenu chantre de l'idéal d'un parti républicain, avec Costallat, il transforma l'opinion bagnéraise, regroupant, autour de lui, Soubies et son neveu Pinson, les frères


Soutras, Jacques Jacques Dumoret, notaire, les docteurs Bruzaud et Rousse, et quelques autres.
Epoux, entre temps de Marie Bernarde BEROT, veuve du pharmacien Joseph CAZERES, en 1845 à Bagnères, il devint en 1848, commissaire du gouvernement pour les Hautes Pyrénées.
Il s'est éteint dans sa maison, au Pont de Pierre en 1870.

- Pierre Benjamin, (1810-1887), qui fut avocat et décéda célibataire.

- Jean-Dominique, né en 1818 à Bagnères, qui fit une carrière de contrôleur puis d'inspecteur dans les chemins de fer. Epoux de Marie-Anne PENE, en 1854 à Salles-Adour, il devint veuf trois ans plus tard, ayant perdu leur seul enfant en bas âge.

Cette alliance VIGNERTE/PENE mérite d' être précisée, en raison des liens de parenté du couple. Marie-Anne PENE était, côté maternel, fille de Pauline LAFAILLE, elle même fille de Jean-Jacques LAFAILLE et de Marianne LASSERRE. Ils avaient donc comme ancétres communs, Dominique LAFAILLE et Gabrielle CONDAT, parents de "votre" général, ce qui se traduit, en généalogie, par un cousinage du 2ème au 3ème degré.

x

Cette brêve évocation d'une famille notable de POUZAC, avec ses liens, ses alliances, la confirmation de son rang social à travers le devenir de sa descendance, parfois loin de la Bigorre actuellement, montre, s'il en était besoin, l'intérêt de la recherche généalogique qui, tout naturellement permet de reconstituer l'histoire d'une famille, mais aussi, débouche assez souvent sur l'Histoire.

D'aucuns penseront qu'il est plus facile de s'intéresser à ce type de famille, mais toute famille a son histoire que bien souvent on ignore.

Pierre Durye, qui fut le généalogiste des familles nobles, écrivait que :

"toute étude généalogique d'une famille, de quelque condition sociale qu'elle soit actuellement, est un enrichissement pour l'histoire même de la société. Car il n'y a pas de "vieilles familles" et de "jeunes" familles, celles d'un duc et d'un manoeuvre sont aussi anciennes. Il y a des familles, plus ou moins puissantes, mais qui, toutes, ont contribué à la formation de la nation".

Nous aurions pu, aussi, resituer les VIGNERTE, dans leur accession sociale, à partir de l'ancètre, garçon papetier, fils de laneficiers (1) venu de Moumour en Béarn, près d'Oloron Ste Marie, se marier en 1705 à Bagnères et y faire souche.

Mais restons à Pouzac, aujourd'hui.

(1) les laneficiers exerçaient une activité spécifiquement béarnaise : le travail et le commerce de la laine dans la région d'Oloron, à partir de laines arrivant d'Espagne par le Col du Somport. cette corporation créée en 1752 par l'évêque Roussel fut florissante jusqu'en 1778, date à laquelle le roi d'Espagne prohiba l'entrée de nos produits dans son royaume, tandis que le roi de France taxait les droits sur les huiles et savons nécessaires au lavage et à la teinture. C'était avant la création de l'Europe.

Etat-Major de l'Armée
SERVICE HISTORIQUE

1144/EMA /SH-A

LAFAILLE Gabriel Elève à l'Ecole Polytechnique
Entré en service en l'an II
fils de Dominique et Elève à l'Ecole de Metz le 21 décembre 1796
Gabrielle Condat Lieutenant le 21 décembre 1797
né le 3 avril 1778 à Capitaine le 20 juin 1800
Pouzac (Hautes-Pyrénées) Chef de Bataillon le 12 janvier 1809
Lieutenant-Colonel le 22 janvier 1823
Colonel le 20 octobre 1823
Maréchal de Camp le 09 janvier 1833
Placé dans le cadre de réserve le 04.avril.1840
décédé à Pouzac en 1840 (NDLR, le 5 mai)

CAMPAGNES

- an VII - Armée d'observation du Bas Rhin et du Danube, passage du Simplon.
- an VIII - Armée du Danube, de réserve et d'Italie, passage du St Bernard, du Tessin et du Pô, batailles de Montebello et de Marengo.
- an IX - Armée d'Italie, attaque de la tête de pont de Berghetto, passage du Mincie, bataille de Pozzolo, combats sous Vérone, de Caldiéro et de Montebello, siège de Chiezza.
- an X - Armée d'Italie.
- Vendémiaire an XIV - 1806 - 1807 - Grande Armée, affaire d'Ulm, siège de Stralsund.
- 1808-1810 - Armée des Pyrénées Orientales et Armée d'Espagne. Est monté le premier à l'escalade de Girone où il fut légèrement blessé (20 juin 1808). Entré le premier dans Martorell, prise de vive force, siège de Girone, combat de St Cougat. A reçu une contusion très forte à l'épaule gauche dans ce combat.
Il soutint la retraite avec le plus grand dévouement le 12 octobre 1808. Défense de Barcelone, bataille de Molins del Rey.
1811-1812-1813 - Armée d'Espagne, affaire du Fort Monjouy à Barcelone, Prise du Mont Serrat, Défense de la redoute de Moncade, affaire de Mataro, combat de Trenta.
1814 - Défense de Besançon.
1815 - à Douai.
1823 - Armée des Pyrénées.
1832 - Armée du Nord, siège et prise de la citadelle d'Anvers.

DECORATIONS

Chevalier de la Légion d'Honneur le 04 septembre 1808
Officier de la Légion d'Honneur le 06 décembre 1811
Commandeur de la Légion d'Honneur le 21 mars 1831
Chevalier de l'Ordre de Saint Louis
Chevalier de 2ème classe de St Ferdinand (Espagne)

Synthèse des travaux, au 10.01.1999, de Pierre COURSAN, Arnaud KERFORNE et Michel SAUVEE.

Dominique LAFFAILLE
o ca 1670 Pouzac (65), + 21.07.1735 Pouzac (65)
x 10.02.1699 Pouzac
Domenge CLAVERIE, fille de Jean
o Pouzac, + 08.03.1741 Pouzac, en présence de Jean et Jacques, ses fils.

Jacques LAFFAILLE, facturier de bas à Bagnères
o Pouzac, + 1770/
x 01.09.1733 Pouzac
Louise DULOUT
o Pouzac, + 1779


3ème Gén.

dont 1 - Dominique o 21.03.1735 Pouzac, qui suit,
p : Dque LAFFAILLE, son gd père, m : Domengea CLAVERIE, sa gd mère.
2 - Pierre o 24.11.1736 Pouzac, p : Pierre DELOUT, m : Cathin DUHAR.
3 - François o 03.12.1737 Pouzac, p et m: Dque DULOUT et Françoise DASTET, mariés.
4 - Jean Paul o 19.09.1739 Pouzac, p et m : Jean LAFFAILLE et Paule DOAT, mariés.
5 - Bertrand o 29.09.1741 Pouzac, p : Bertrand LAVIGNE, dit Berdeu, de Gerde,
m : Marie LAFFAILLE.
6 - Marie o 05.02.1744 Pouzac, p : Dominique PERE, m : Marie PERE
7 - Jeanne Marie o 24.01.1746 Pouzac, p : J.LAFFRANQUE fs, m : M. TORNE Laffranq.
8 - Jean-Pierre, o 21.05.1752 Pouzac, qui suivra,
p : Pierre LAFFAILLE, m : Guillaume GALIAY
. 1 - Dominique, héritier, o 21.03.1735 Pouzac, + 24 Germ.IX Pouzac
agrimasseur (arpenteur)
x 31.01.1769 Pouzac (1), cm du jour, Dastès, notaire à Bagnères.
Gabrielle CONDAT, fa de Laurent et Marie DUBARRY. o 19.08.1743 Pouzac, + 26.11.1813 Pouzac
(1) avec dispense épiscopale pour parenté au 4ème degré

4ème Gén.

dont :
- Raymond o 28.01.1770 Pouzac, p Raymond Douat
- Marie Jeanne, o 10.05.1771 Pouzac, p Laurent Condat, m Jeanne Condat
- Jean Pierre, o 07.01.1774 Pouzac, p Jean LAFFAILLE, grand père, m Brigitte Douat. Il sera maire de Trébons.
x 30 Prairial VI Pouzac, Paule Bacquerie,
- Marie, o 16.02.1776 Pouzac, p Gabriel Dubarry
x 29 Frim. X Pouzac, Sylvestre Lacour
- Gabriel, o 03.04.1778 Pouzac, + 05.05 1840 Pouzac
- J. Jacques, o 02.12.1780 Pouzac, p J. Jacques Verdeau, vic. de Labassère, m Paule Amaré (qui suit page 2)
- Jeanne Dgea, o 08.08.1783 Pouzac, p J M Condat, clerc tonsuré, m Dgea Pinac
x 15 Mess. XIII Jacques Vignerte, 06.04.1777 Bagnères, percepteur à vie.
Nota : le relevé systématique des naissances n'a pas été poursuivi au delà de 1783, lors de ces recherches effectuées en 1987 et relatives à la descendance Vignerte.
8 - Jean Pierre, o 21.05.1752 Pouzac + 12.02.1807 Bagnères
marchand
page 2
x 1° en 1773, à Bagnères, Viviane VIGERAN
x 2° 04.05.1788 à Bagnères, Marie Claire CASSAGNARD
d'où Jacques-Suzanne o 08.05.1796 Bagnères,+ 29.06.1878 Brest (29), auteur de la branche "bretonne"
4ème gén. Jean Jacques, o 02.12.1780 Pouzac, + 26.11.1866 Hiis (65), propriétaire rentier
x 10.08.1809 Pouzac
Marianne LASSERRE, fa de Gervais et de feue Jeanne-M. FOURTANE (+ 07.03.1787)
o ca 1782 Hiis + 07.02.1858 Hiis Elle teste le 03.02.1858 (Carrère Nre à Bernac-Dt)
Lors de la déclaration de succession, le 5 août 1858, au bureau de Tarbes, cinq enfants lui survivent

d'où :
5ème gén.


- Gabrielle Jeanne Marie, o 26.10.1810 Hiis, + 13.12.1869 Salles-Adour (au domicile de sa soeur Pauline), célibataire, (sans alliance ni descendance), sans profession.
- Pauline (Gabrielle), o 06.08.1812 Hiis, + 16.07.1891 Salles-Adour (65) et y (+)
x 31.10.1832 Hiis
Jean François Pène
o 27 Fruct.VII (14.09.1799) Tarbes (65), + 12.06.1856 Salles-Adour (65) et y (+)
fils adoptif de Jean Pène, avocat, o 06.04.1750 Salles-Adour, + 20.10.1834 Salles -Adour et y (+)
- Jean-Pierre, o 03.05.1813 Hiis, + 08.12.1875 Hiis. Il teste le 01.12.1875, Carrère, nre.
lt colonel d'infanterie (er), conseiller général des H.P.
époux de Pauline Saracco
- Jean Gabriel, o 22.08.1815 Hiis, + 17.12.1880 Paris,
X 33-35, général de Division, (+) à Salles-Adour
- Gabriel, o 06.10.1818 Hiis, + 23.10.1887 Bagnères
contrôleur des contributions directes à Issoire (1858), percepteur

6ème gén.

De Jean François Pène et Pauline Laffaille

Marie Anne Pène
o 30.11.1833 Salles-Adour, + 23.05.1857 Salles-Adour
x 27.06.1854 Salles Adour (cm du 21.06.1854 Daléas, nre à Tarbes)
Jacques Dque Jules Vignerte, o 05.11.1818 Bagnères, + 21.08.1894 Bagnères, fs de Jacques Vignerte et Dgea Laffaille, grands oncle et tante de son épouse (mentionnés ci-dessus), commissaire du contrôle aux chemins de fer de l'Ouest, à Rambouillet (1854), du Midi, à Dax (1855), inspecteur des chemins de fer à Bordeaux (1858)

7ème gén.

De Jacques Vignerte et Marie Anne Pène
Jeanne Marie Pauline Vignerte
o 06.07.1855 Salles Adour, + 14.09.1856 Salles Adour et y (+)
Jeanne Céleste Marie Vignerte
o 06.07.1855 Salles-Adour (jumelle)
x Martin Maur
dont descendance actuelle
Jacqueline Gabrielle Alix Julie Pène
o 12.05.1837 Salles-Adour, + 1917
x 14.04.1858 Salles-Adour (cm du 14.04.1858 Daléas, nre à Tarbes)
Pierre François SABAIL, o 24.10.1824 Castelnau RB, + 1889 ou 1899
avocat, dr en droit, domicilié à Castelnau RB, fs d' Alexandre, juge de paix, décédé, et de Françoise Emilie DARTIGAUX-Laplante

Pour informations : Salles-Adour est un petit village à 6 km au sud de Tarbes, les habitants sont les Sallois.

Contact | ©2007